Recherche sur le site

Politique Le kiosque
Le kiosque

Pour une gauche médicale présentation

Rédaction

En politique comme en médecine, il y a des généralistes et des spécialistes.
Entre les deux, la coupure ne peut être radicale : un bon généraliste doit avoir des notions de tous les domaines qu’il embrasse, un bon spécialiste sait que
tout est lié et comprend dans quelle pièce il joue.
Dans les jeunes générations qui s’ouvraient à la conscience politique à la veille de mai 68, les deux espèces cohabitaient. À côté d’une nouvelle gauche purement politique, des gauches plus spécialisées aspiraient à révolutionner leur domaine d’activité conformément à un projet général de transformation. Ces mouvements affectèrent de nombreuses professions à fort contenu idéologique : les avocats, les journalistes, les architectes, les artistes.
Et les médecins, dont la profession a connu sans doute la plus radicale remise en cause. C’est dans ce sens que nous parlons d’une « gauche médicale ».
Dans ce dossier, nous racontons ses engagements : ceux d’hier, d’aujourd’hui, peut-être de demain.
Cette gauche médicale s’est déployée depuis 1964 avec deux parrainages : la gauche politique en recomposition et la critique philosophique des institutions
productrices ou reproductrices de rapports sociaux détestables. Les figures tutélaires furent donc aussi bien Marx et le docteur Che Guevara que Foucault ou Illich.

La médecine de groupe, la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse, la médecine humanitaire, le traitement des usagers de drogues, l’alternative à la psychiatrie asilaire constituent autant de changements radicaux dont la gauche médicale fut maîtresse d’œuvre ou participante majeure. Chacun de ces sujets mériterait un dossier à lui seul mais c’est à un portrait de groupe qu’on s’est attaché ici.
Ce portrait de groupe est incomplet. La question de la formation des médecins, la réflexion sur les liens entre ces derniers et le reste des professions de la santé, la montée en puissance des multinationales de la pharmacie constituent autant de sujets manquants dans ce dossier. Mais celui-ci n’est pas une fin en soi. Pourquoi pas l’occasion d’un nouveau départ, ou à tout le moins d’un bilan d’étape ?
Ils sont nécessaires. La génération qui a donné à la gauche médicale une consistance institutionnelle s’en va progressivement à la retraite. À l’heure du bilan – qui ne vaut que s’il y a quelqu’un pour le lire et se l’approprier –, elle s’interroge quant à la pérennité de ce qu’elle a pu construire et à la possibilité de sa transmission. Une somme d’expériences encore insuffisamment décrites – et a fortiori analysées – attend en effet qu’une génération nouvelle s’en saisisse pour les adapter aux fluctuations du contexte.

Jusqu’ici, les médecins se sont situés du côté des pouvoirs en place, en acceptant sans état d’âme une logique marchande qui se présente comme naturelle et incontournable.
Cette posture est renforcée par des organisations corporatistes qui les encadrent et les formatent. La sociologie médicale évolue cependant. Le nombre de soignants augmente, la profession se féminise, des médecins indépendants se paupérisent. De jeunes médecins prennent goût à de nouvelles formes de rémunération, et en particulier le paiement au forfait, alternative au paiement à la consultation. L’Ordre des médecins et les syndicats corporatistes perdent de leur superbe. Face à cela, certains rêvent d’une nouvelle alliance, entre patients et soignants cette fois. Vaste chantier.

Les pages qui suivent doivent donc moins s’envisager comme un monument du souvenir que comme un objet transactionnel que leurs auteurs voudraient digne de la polysémie du terme « témoin » : celui qui dit ce qu’il a vu ou vécu et ce bâton que des coureurs se passent de main en main dans les relais pour poursuivre l’élan collectif.

Ce dossier a été coordonné par Georges Bauherz et Edgar Szoc.

Mots-clés : GaucheSanté

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.