Recherche sur le site

Grégory MAUZÉ

Politologue et journaliste, membre du collectif éditorial de Politique.

Ses articles

Les indépendantistes écossais pris en tenaille

Grégory MAUZÉ

La polarisation de la campagne législative autour de l’organisation d’un second référendum sur l’autodétermination a mobilisé le camp unioniste, dominé par les conservateurs.

Le fil 18-06-2017

Le mythe des deux France

Grégory MAUZÉ

Le duel du second tour de l’élection présidentielle française a été présenté comme le dernier clou dans le cercueil d’un clivage gauche droite dépassé, auquel aurait succédé l’opposition entre société ouverte et fermée. Une analyse réductrice teintée d’idéologie, qui n’est pas dépourvue d’arrière-pensées politiques.

Les faits sont têtus 12-05-2017

Le défi des syndicats

Grégory MAUZÉ

Les organisations de travailleurs ne peuvent se limiter à combattre l’instrumentalisation patronale de l’immigration. Elles doivent anticiper, en combinant la solidarité internationale avec l’indispensable unité des travailleurs. Pas facile dans le climat actuel.

Politique n°94 21-02-2016

Le choix du capital

Grégory MAUZÉ

Idée reçue : la droite n’aime pas les étrangers, et encore moins les migrants, tandis que la gauche, c’est le contraire. Idée fausse : en matière migratoire aussi, les intérêts bien compris du capital le pousse vers la dérégulation, pas vers le contrôle. Mais pour les électeurs de droite, c’est différent.

Politique n°94 21-02-2016

Immigration : les dessous d’un retour en grâce médiatique

Grégory MAUZÉ

L’afflux de réfugiés vers l’Europe durant l’été 2015 et la crise de l’accueil qui l’a accompagné en Belgique ont remis une question migratoire souvent délaissée au centre de l’actualité. Sans toutefois bouleverser les règles du genre.

Politique n°92 26-10-2015

Le malaise de la gauche de gouvernement

Grégory MAUZÉ

Entré en vigueur le 1er janvier 2013, le TSCG sera bientôt voté dans les différentes assemblées que compte la Belgique en vue de sa ratification. Lourd d’implications, le vote de ce texte à haute teneur symbolique place les partis de gouvernement qui revendiquent un ancrage à gauche dans une position des plus inconfortables.

Politique n°80 26-04-2013